Le volet « InfraCom » de WalStat

Afin de répondre à de multiples demandes d’aller à un échelon géographique plus fin que la commune et de rendre compte de la diversité infra-communale, WalStat diffuse également certains indicateurs au niveau des quartiers statistiques wallons.

Les quartiers statistiques wallons définis par l’IWEPS sont inspirés par le découpage et la méthodologie de Cytise-Quartiers (CPDT-UCLouvain-ULB-ULg , 2004 et 2005). Chaque quartier statistique wallon se compose de 1 ou de plusieurs secteurs statistiques contigus appartenant à une même commune.

L’objectif du découpage en quartiers statistiques wallons est de définir des entités statistiques qui permettent la diffusion de statistiques infra-communales décrivant notamment la population. Cela signifie que le quartier doit correspondre simultanément à un milieu de vie qui fait « sens » pour ses habitants - qui doivent pouvoir s’y reconnaitre et s’y identifier – et à une entité suffisamment peuplée et consistante d’un point de vue géographique (frontières, voies de communication, forme) et socio-économique pour pouvoir diffuser des statistiques interprétables sur sa population. La taille de la population est un critère important : dans la mesure du possible, nous avons évité les quartiers de plusieurs milliers d’habitants (trop hétérogènes et grands pour constituer un lieu de proximité) et les quartiers de moins de 100 habitants (trop petits pour la diffusion de statistiques et risques importants de petits nombres sur les indicateurs).

Les quartiers statistiques wallons ne remplacent aucunement les autres découpages infra-communaux existants et utilisés actuellement par les acteurs locaux dans leurs actions. Il s’agit d’un découpage complémentaire poursuivant un objectif spécifique : celui de la diffusion de statistiques récurrentes à un niveau infra-communal sur l’ensemble du territoire wallon.

Le territoire et les noms des quartiers statistiques wallons ont été définis par l’IWEPS sur base d’une série de critères, de statistiques socio-économiques, de la population au 1er janvier 2020 et des fonds de cartes d’OpenStreetMap et du plan de secteur. Ils ne sont pas figés. Les noms des quartiers ont été définis en concertation avec l’Institut Géographique National (IGN), notre partenaire toponymique.

Pour plus d’informations sur la genèse du projet et la méthodologie de découpage de la Wallonie en « Quartiers statistiques wallons », veuillez consulter la note méthodologique

Vous trouverez également :

- La table de correspondance secteurs statistiques – quartiers statistiques wallons V2022.1.

- La géodonnée reprenant les entités « quartiers statistiques wallons V2022.1 » est disponible sur le Géoportail de Wallonie (SPW).

- La visualisation du découpage en quartiers statistiques et celui en secteurs statistiques sur WalOnMap.


Remerciements

Nous tenons à remercier toutes les institutions et administrations rencontrées lors de l’analyse des besoins et des échanges bonnes pratiques.

Nous remercions particulièrement l’IGN qui a pris le temps et utilisé toute son expertise pour réviser le nom de tous les quartiers statistiques wallons et nous a fait des suggestions et recommandations de modifications afin d’assurer une meilleure cohérence toponymique interne (entre les quartiers statistiques wallons) et externe (avec leurs usages et ceux de leurs partenaires dont les communes de Wallonie).


Une question ? Remarque ? Suggestion ?

Contactez-nous par email à walstat@iweps.be